Nicki Minaj : ‘Starships’ ou ‘Star Cheap’ ?

Nicki Minaj est une femme qui incarne ce qui me fait horreur : la vulgarité et le plastique.

Classe, glamour et originale à la fois

Sa classe est au même niveau que sa subtilité, frôlant le néant. Mais voila, Nicki est une chanteuse qui nous inflige son mauvais goût par ses tenues vulgaires, ses coupes de cheveux méritant un procès pour attentat contre la beauté de l’humanité, et des clips transpirants le sexe sale et la merde.

Nicki quand elle s’achete un kebab, entourée de ses bestas

Exemple qui saute aux yeux : Starships.
Tout commence avec la présentation de l’île qui, filmée avec un fort contraste et une haute saturation, a une ambiance particulière : Cette nature est à l’image de la chanteuse, étrange et artificielle.
Aussi, les premiers habitants de l’île que nous voyons sont deux femmes avachies l’une sur l’autre, mourant de sous-nutrition avec flegme. L’île est recouverte de ce genre de personnes molles à l’exception d’un groupe de quatre hommes au look semi-polynésien semi-tapette.
Ces pauvres créatures ont été affublées de ridicules chapeaux melon rouges et de colliers ras du coup à grosses perles roses. Ces derniers appellent Nicki avec une danse tribale.

Des fashion maoris en pleine flashmob.

Puis une XXX-tra terrestre débarque : a bord de son WTF vaisseau spatial, vêtue d’un bikini rose pétasse, une moue d’abrutie figée sur ses lèvres silliconnées, Nicki fait son apparition en scintillant. Cette dernière se met soudainement a dandiner son popotin avec fièrté, bouche entrouverte et regard de tasspé. Pendant que les habitants de l’île se réveillent et entament une danse où ils se font gicler de la peinture dessus au ralenti (une manière très artistique de favoriser l’identification des jeunes hommes se masturbant devant le clip) la chanteuse enchaine les poses sexuelles genre cul tendu en levrette ou allongée sur la plage, le corps tordu par un violent orgasme (ou peut être une crise d’épilepsie dûe à la violence visuelle de son maillot de bain).

Nicki, nostalgique de ses jeunes années, trouve son inspiration dans ses jouets d’enfance

La vérité saute rapidement aux yeux, inexorablement. Nicki est une prophète, voire une divinité. Grâce à elle, joie de vivre et fête sont garanties. Sans sa présence les octoctones sont vides de bonheur, n’ont le goût à rien et sombrent dans la dépression. Avec ce clip narcissique et vulgaire, la chanteuse veut se montrer comme une mère Thérésa des temps modernes.

Nicki en pèlerinage à Lourdes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s